Le monde des chemins de fer
Advertisement
Le monde des chemins de fer

L'idée est née dans le cadre de l'étude de désaturation de la Ligne à Grande Vitesse Sud-Est à l'horizon 2010.

La problématique : comment accroître la capacité d'une rame en unité multiple (UM) de deux TGV Duplex ?

La première solution qui venait à l'esprit était de rajouter un remorque à chaque tronçon, ce qui portait la composition de la rame à dix-huit remorques et quatre motrices, soit un allongement de près de 53 mètres.

Cette hypothèse entraînait une légère dégradation des performances par l'augmentation de la charge ainsi qu'une obligation de reprendre les installations de maintenance de l'Etablissement Industriel de Maintenance TGV (EIM) de Paris-Sud-Est, les évitements de la Ligne Nouvelle Paris-Lyon (LN1) et la plupart des quais à voyageurs de Paris gare de Lyon.

Le coût des investissements n'a pas permis de retenir cette solution. L'hypothèse de travail retenue, émanant de la direction du Matériel et de la Traction, est celle qui conserverait sur une longueur de 400 mètres, dix-huit remorques encadrées par deux motrices.

Bien sûr, afin de conserver les mêmes caractéristiques de puissance, il est envisagé de glisser quatre bogies moteurs supplémentaires sous les remorques voyageurs.

Une hypothèse envisagée consiste à motoriser les bogies situés sous les remorques R1, R9, R10 et R18. La direction de la Stratégie a demandé à la direction du Matériel et de la Traction une étude de faisabilité d'une telle rame ainsi qu'une estimation de l'augmentation de capacité qui en résulterait.

Le total des places offertes passerait donc à 1124, soit environ un taux 10 % en plus. La sécabilité de l'ensemble serait assurée en milieu de rame pour des raisons de sécurité.

plot

Cet article est une ébauche à compléter, vous pouvez partager vos connaissances en le modifiant, ou voir la liste des pages ébauchées

Advertisement